Un drone propulsé par un robot cafard

Prise d'élan du tandem pour l'envol du H2Bird

Le robot cafard, le robot plus rapide du monde par rapport à sa taille, n’est plus un simple nuisible. En effet, des chercheurs de Biomimetic Millisystems Lab ont mis en place un module permettant au robot cafard de servir de propulseur à un ornithoptère.

VelociRoach et H2Bird en tandem

Concevoir un robot capable à la fois de voler et de se déplacer sur terre est à la fois complexe et inefficace. C’est la raison pour laquelle les chercheurs se concentrent généralement sur des tandems de robot pouvant voler ou se déplacer. Ainsi, au lieu de devoir concevoir un robot complexe, on associe simplement deux robots plus modestes pour un résultat souvent meilleur. Ça a été le pari des chercheurs de l’université de Berkeley, Californie. En associant le VelociRoACH (RoACH est un acronyme signifiant Reconfigurable Open Architecture Computing Hardware ce qui traduit donne système de calcul informatique ouvert reconfigurable), ce robot cafard à 6 pattes et le H2Bird, un drone ornithopthère, c’est-à-dire un robot volant en battant des ailes à la façon d’un oiseau ou d’un insecte, ils ont pu créer un ensemble complexe et dynamique fonctionnant en harmonie.

VelociRoach, le robot à 6 pattes

Le test a été concluant puisque l’association des deux biorobots a même révélé des avantages insoupçonnés. En portant le H2Bird, le VelociRoACH est plus stable que seul. De plus, le battement lent des ailes rend l’ornithoptère plus léger, augmentant ainsi la vitesse du VelociRoACH de plus de 12%. Le H2Bird, qui pèse près de 13 grammes ne peut prendre son envol seul. Il requiert une vitesse d’environ 1,3 m/s et un angle de décollage de 35 à 40 degrés. Or, le VelociRoACH permet justement d’atteindre ces conditions et présente donc une synergie excellente avec l’ornithoptère. Le dernier obstacle à résoudre reste celui de l’automatisation de l’envol du H2Bird, encore contrôlé manuellement.

VelociRoach et son échelle

Envol du H2Bird depuis le VelociRoach

Crédit photo : UC Berkeley


Laisser un commentaire