Le graphène : nouvel eldorado du secteur énergétique ?

La nouvelle pierre philosophale ne change pas le plomb en or, mais le cuivre en graphène. Des chercheurs du MIT ont découvert que ce matériau possède des propriétés très intéressantes pour le secteur de l’énergie.

Dans une centrale électrique, de l’eau est chauffée afin d’actionner des turbines. Cette vapeur d’eau est ensuite dirigée dans des conduits où elle se condense autour de tuyaux en cuivre. L’eau condensée est redirigée vers les chauffes-eau et le cycle recommence. Or, des chercheurs du MIT ont découvert qu’en revêtant ces tuyaux de condensation de graphène, on pouvait améliorer la transmission de chaleur de l’eau vers le tuyau par un facteur de quatre.

Selon l’étude menée, cette découverte pourrait améliorer l’efficacité d’une centrale électrique de deux à trois pour cent. Ce qui, pour une centrale électrique, représente des économies de l’ordre de millions de dollars. Ce gain d’efficacité s’explique simplement. Sur un tuyau de condensation normal, l’eau forme une couche sur la longueur du tuyau permettant le refroidissement et la condensation de l’eau. Or, il arrive fréquemment que l’eau forme une pellicule aqueuse compromettant cette même condensation.

La différence de condensation avec et sans revêtement en graphène

Les chercheurs du MIT se sont donc intéressés aux propriétés hydrophobes du graphène. Cette propriété assure que la condensation de l’eau s’effectue par la formation de gouttelettes par opposition à la couche d’eau habituelle. Ce procédé était déjà utilisé, notamment grâce à des revêtements en polymère. Le graphène semble toutefois être beaucoup plus approprié. En effet, les revêtements en polymère commencent à se dégrader au bout de trois heures d’utilisation et sont inutiles au bout de 12. Le revêtement en graphène, au bout de deux semaines d’utilisation, ne montrait aucun signe de détérioration.

Les chercheurs espèrent pouvoir arriver à proposer une solution en graphène commercialisable d’ici la fin de l’année.

Crédits photo : MIT, Korea Advanced Institute of Science and Technology


Laisser un commentaire