Un robot pourrait bientôt éradiquer le paludisme

La société de biotechnologies Sanaria a mis au point un un vaccin efficace contre le paludisme et vient de débuter une campagne de crowdfunding sur Indiegogo afin de financer la construction d’un robot qui va les aider à automatiser la phase expérimentale du projet sur des milliers de moustiques.

Chaque minute une personne meurt du paludisme dans le monde. Cette maladie est due à des parasites transmis à l’homme par des piqûres de moustiques infectés. En 2012, il a été à l’origine de 627 000 décès, pour la plupart parmi les enfants africains.

Construction-d'un-robot-contre-les-moustiques

L’entreprise de biotechnologies Sanaria est basée dans le Maryland (Etats-Unis). Elle a été fondée en 2002 et emploie des chercheurs de 17 nationalités différentes. Elle a réussi à développer un vaccin pour éradiquer le parasite Plasmodium falciparum, responsable de plus de 98% des décès causés par la malaria. Le vaccin se compose de la salive de moustique, infecté par des parasites.

Ce vaccin s’est avéré être efficace dans 100% des cas au cours des premiers tests cliniques en Août 2013. Ce résultat, sans précédent dans l’histoire, est évidemment très prometteur pour le monde entier. Pour le produire, les scientiques font ingurgiter du sang contaminé aux moustiques avant de les affaiblir par radiation. Ils récupèrent ensuite un liquide contenus dans les glandes salivaires des insectes.

A l’heure actuelle, les chercheurs de Sanaria sont capables d’extraire le liquide des glandes salivaires de jusqu’à 1000 moustiques par jour, ce qui représente la dissection de 25 millions de moustiques infectés en une année. Mais Sanaria souhaiterait accélérer le mouvement et utiliser pour cela un robot.

Un robot pour extraire le vaccin contre la malaria

Afin d’extraire de la salive sur plus de moustiques, Sanaria a développé le SporoBot, un robot qui peut fabriquer le vaccin d’une manière plus efficace et rentable, environ 20 à 30 fois plus rapide que les humains.

Sporobot sera capable de se saisir d’un moustique, le manipuler, le décapiter, extraire soigneusement le liquide de ses glandes salivaires et enfin de recueillir ce liquide afin qu’il soit stocké et transformé en vaccin. L’équipe a étudié les différentes propriétés du corps des moustiques, de leurs pattes et ailes et en particulier la résistance des tissus.

Le-robot-sporobot-contre-le-paludisme

Pour le moment, les chercheurs se servent de la microfluidique (technologie des systèmes qui manipulent de petits volumes de fluides de l’ordre du micromètre) car elle leur permet de réaliser ces manipulations dans un milieu clos et contrôlé.

L’équipe a fait plusieurs essais de construction de robot avec différents matériaux mais n’a pas encore sorti de véritable prototype. Afin de poursuivre les étapes de prototypage, ils font appel au financement participatif sur la plateforme Indiegogo. L’objectif est de lever 250 000 $.


Laisser un commentaire