Une agriculture raisonnée grâce à l’intelligence artificielle

Robot agricole par Bosch

Bosch s’intéresse de près à la robotique et notamment à celle qui fait avancer l’agriculture. L’entreprise allemande a mis au point un robot baptisé Bonirob, capable d’appliquer l’engrais et retirer les mauvaises herbes dans les champs. Pour une efficacité accrue, Bosch imagine une coopération de plusieurs Bonirob dans un essaim.

Bonirob est en mesure d’appliquer sélectivement des engrais ou d’éliminer les mauvaises herbes. Ce robot des champs autonome a été mis au point grâce à un partenariat entre la branche Deepfield Robotics de Bosch, Amazonen-Werke, constructeur allemand de machines agricoles, l’Université des Sciences Appliquées de Osnabrück ainsi que d’autres partenaires allemands. Il fait partie d’une projet plus global sur l’utilisation de nouveaux systèmes autonomes au service des techniques agricoles.

Le robot autonome pour les champs de maïs

Alors que la plupart des travaux de recherche sur les robots terrestres portent sur une navigation en ligne droite, les scientifiques allemands ont travaillé sur une navigation autonome aléatoire. Cette dernière se base sur un capteur GPS et la cartographie en temps réel, pour permettre au robot de retrouver plus tard les zones ou les plantes mémorisées lors de son passage.

Avec ses capteurs de vision spectrale spécifiquement développée, Bonirob collecte de nombreuses données lors de ses déplacements. Grâce à des algorithmes d’apprentissage par arbre de décision, un des nombreux champs d’étude de l’intelligence artificielle, Bonirob sait ensuite trier les informations et agir en fonction. Pour arriver à ce résultat, l’équipe a créé une gigantesque banque d’images contenant des images de feuilles saines et des photos avec des mauvaises herbes. Correctement triées, ces images permettent ensuite à la machine de prendre une décision, en conditions réelles, sur la suppression ou non d’une mauvaise herbe. Les calculs de la machine évoluent également au fut et à mesure de ses propres prises de vue sur le terrain.

Bonirob de Bosh vu du dessus

« Au fil du temps, en fonction des paramètres tels que la couleur des feuilles, leur forme et leur taille, Bonirob apprend à différencier de plus en plus précisément les plantes à garder et celles que nous ne voulons pas garder », explique Amos Albert, directeur général de Deepfield Robotics.

Bonirob est dans un premier temps disponible en tant que plateforme pour la recherche. Les agriculteurs devront attendre encore un peu avant de pouvoir le tester. Deepfield Robotics es persuadé que dans les 20 à 30 prochaines années, le Bonirob va totalement changer l’agriculture telle que nous la connaissons aujourd’hui.


Laisser un commentaire

  1. alighaicimi

    C'est une avancée merveilleuse de la technologie pour le service de l'agriculture. Le Bonirob va engraisser et nettoyer les cultures à chaque fois que de besoin et d'une maniére autonome.