Une extension du corps humain avec cet exosquelette du MIT

Des chercheurs d’une université américaine ont construit un exosquelette pour le haut du corps, véritable extension des bras pour celui qui le porte. Léger, l’appareil permet à son utilisateur de soulever des objets lourds, entre autres.

Changer une ampoule, préparer à dîner, changer un pneu crevé… il y a tant de situations où il pourrait nous être utile de nous faire aider par un troisième bras, voire d’un quatrième. C’est justement l’idée d’une équipe de roboticiens du laboratoire de D’Arbeloff de la célèbre université américaine de Boston, le MIT, qui ont imaginé ce nouveau modèle d’exosquelette, qui fait partie de la famille de SRL, les supernumerary robotic limbs, ces prothèses robotiques qui, lorsque portées, offrent un ou deux membres de plus que d’ordinaire.

Une-extension-du-corps-humain-avec-cet-exosquelette-du-MIT-2

L’appareil ne pèse que 9 kilos et s’attache aux épaules ou aux hanches, pour laisser à l’utilisateur le pouvoir d’exercer des gestes naturels. Bien qu’il ne soit pas contrôlé par la pensée ou par des signaux nerveux comme cet exosquelette, le prototype de l’équipe américaine a la capacité d’apprendre à partir des mouvements du corps de la personne qui le porte.

exosquelette-pour-porter-des-affaires

ouvrir-une-porte-avec-un-exosquelette

Dans sa version actuelle, le prototype peut s’utiliser pour ouvrir une porte, permettant ainsi à son utilisateur de garder les mains libres pour porter des sacs par exemple. Les chercheurs espèrent arriver à développer une version qui pourra apprendre des routines, comme l’utilisation de certains outils. A terme, l’exosquelette servira à porter des objets, soulager le corps humain et assister pendant l’exécution d’une tâche.

exosquelette-du-MIT

Si l’équipe parvient à rendre les mécanismes de l’exosquelette les plus coordonnés possibles avec les bras d’un humain, ce dernier percevra la prothèse robotique comme une extension de son propre corps.

L’objectif principal de ce projet est d’étudier un nouveau type de cobots, les robots collaboratifs pour assister les personnes au plus près de leurs besoins.

Cet exosquelette se distingue des autres par le fait qu’il puisse être indépendant des gestes effectués par les membres de son porteur. En effet, il pourra suivre une autre trajectoire que celles des bras de l’utilisateur afin d’anticiper les éventuelles actions.

L’équipe du MIT a fait le choix d’un semi exosquelette afin de réduire les coûts de celui-ci tout en offrant à l’utilisateur de nouvelles capacités corporelles.


Laisser un commentaire