Abonnement H+ Magazine
Commander H+ Magazine

Une intelligence artificielle à la tête d'une entreprise

Une-intelligence-artificielle-à-la-tête-d'une-entreprise-asiatique

Comment réagiriez-vous si vous appreniez que votre patron est en fait un robot ? C’est ce que viennent d’apprendre les salariés d’une entreprise basée à Hong Kong, après que le Comité exécutif ait nommé à la tête de Deep Knowledge Ventures, VITAL, une intelligence programmée.

Deep Knowledge Ventures est une société de gestion qui gère des fonds à hauts risques relatifs aux biotechnologies et les médicaments contre les maladies liées au vieillissement. VITAL, l’algorithme qui vient tout juste d’être nommé au conseil d’administration, va aider ce dernier à prendre les bonnes décisions en terme d’investissements dans des entreprises du secteur de la santé.

L’intelligence artificielle VITAL est capable de croiser un tas de données entre elles et d’analyser les chiffres comme aucun humain ne serait capable de le faire dans un laps de temps si court. VITAL élabore ses décisions en analysant les bilans comptables des entreprises potentiellement intéressantes, les test cliniques, la propriété intellectuelle et les précédents investissements de Deep Knowledge Ventures.

Tout comme les cinq autres membres du conseil d’administration, humains, le vote de VITAL comptera comme une voix. Le logiciel VITAL a été développé par une startup britannique qui s’appelle Aging Analytics.

VITAL aurait déjà participé dans deux décisions d’investissement. Bien que ce ne soit pas encore à proprement parler une véritable intelligence artificielle, mais plutôt un logiciel d’analyse, les deux entreprises veulent densifier l’algorithme au fur et à mesure pour le rendre le plus autonome possible dans la prise de décision. Un jour, VITAL pourra se charger de faire la présentation des chiffres comme cette intelligence qui va organiser une conférence ou rédiger les rapports annuels, .


Laisser un commentaire

  1. mail@jacquesbolo.com'
    Jacques Bolo

    Rappelons que dans "Les Robots" d'Azimov, contrairement au film avec Will Smith, le truc est que les robots sont déjà au pouvoir sans qu'on le sache. Il en découle donc que ça ne fait aucune différence.