UPS teste lui aussi un système de livraison par drones

UPS ne pouvait pas rester sans réponse face à l’annonce du futur service Prime Air d’Amazon largement relayée dans la presse depuis dimanche soir. Le géant de la livraison serait lui aussi en train de développer une solution de livraison via des drones.

L’annonce faite par Jeff Bezos a suscité un grand émoi dans la communauté des dronistes. Entre ceux qui accusent la compagnie américaine d’avoir voulu faire un coup de communication, ceux qui affirment qu’il est impossible aujourd’hui de déployer de tels engins aériens et ceux qui saluent l’audace du PDG d’Amazon, il n’y a que l’embarras du choix. Une chose est sûre, les drones passionnent, intriguent, fascinent…

…et font également des jaloux. UPS ne pouvait pas rester sans réponse, lui, le leader du transport de marchandises, attaqué sur son propre terrain par le géant du e-commerce. UPS n’a donc pas tardé à riposter à l’annonce en faisant savoir que lui aussi avait investi dans la recherche et développement d’une solution de livraison par drones.

Un porte-parole d’UPS a déclaré que « l’utilisation des drones à des fins commerciales est une technologie intéressante et nous continuerons à la tester. UPS investit plus dans la technologie que tout autre entreprise dans le secteur de la livraison et nous avons toujours un regard tourné vers le futur. »

UPS est prêt et le fait savoir. Un point c’est tout ! Comment une entreprise leader de la logistique n’aurait-elle pas su entrevoir le très juteux business des drones se profiler ? Alors, pourquoi UPS avait décidé de rester discrète à ce sujet avant qu’Amazon ne dégaine le premier ?

Sans doute parce qu’UPS a voulu être réaliste et sait que les drones coursiers ce n’est pas pour tout de suite. 1) Parce que la technologie n’est pas prête : l’autonomie des drones actuels ne permet pas de parcourir les distances annoncées par Amazon (à savoir, 16 km aller-retour avec des colis pesant jusqu’à 2,3 kilos) ; 2) la réglementation de l’espace aérien américain pour les appareils pilotés à distance est en cours de discussion et n’aboutira pas avant 2015. Rien n’est moins sûr que la FAA soit favorable à l’utilisation des drones dans un but commercial.

Rien n’interdit Amazon ou UPS d’utiliser les drones à l’intérieur de leurs entrepôts. C’est ce que les deux géants américains ont probablement fait pour tester la viabilité de leur solution. Selon le fondateur de la société DJI, constructeur des quadricoptères Phantom, il faudrait 18 à 24 mois pour développer une flotte opérationnelle. Mais ce qui manque avant tout c’est une législation claire qui fixe les limites et les spécifications. A partir de là, le match sera lancé.


Laisser un commentaire