L’US Army s’apprête à déployer une flotte de mini-drones espions

black-hornet-mini-drone-armee-2016-3

L’utilisation pratique en conditions réelles sur l’île d’Hawaï marque une nouvelle étape décisive vers le déploiement du mini-drone Black Hornet par l’armée américaine.

Nom de code : PD-100 Black Hornet PRS. Sa mission ? Reconnaissance et surveillance militaire en zone de guerre. Mais le Black Hornet, ou frelon noir, n’est pas un appareil comme les autres, c’est un minuscule UAV.

A l’apparence d’un hélicoptère, cet engin a été conçu par Prox Dyanmics, une société de défense Norvégienne spécialisée dans la micro-électronique de reconnaissance personnelle (PRS). Fondée en 2007, sa mission a toujours été « d’améliorer l’efficacité des guerriers modernes« . Deux ans après, la petite compagnie a doublé ses effectifs pour devenir la plus grande entreprise de systèmes de reconnaissance personnelle du pays. Aujourd’hui elle se spécialise dans l’innovation aérodynamique, logiciel, mécanique et opérationnelle. Son ambition est de devenir la plus grande société de PRS et de nano-capteurs de la planète. Et c’est aux États-Unis qu’elle a entamé sa conquête avec l’ouverture d’un premier bureau étranger.

Ce n’est pas pour rien qu’elle a choisi ce pays. L’armée américaine a opté pour les hélicoptères de Prox Dyanmics pour ses mission de reconnaissance. Dès 2014, l’armée américaine présentait son propre modèle de mini-drone dans le cadre du programme Cargo Pocket Intelligence, Surveillance and Reconnaissance Program (CP-ISR). Mais elle n’excluait pas des solutions émanant du commerce. C’est alors qu’elle s’est tournée vers le modèle de Prox Dynamics, dévoilé pour la première fois en 2012, dans les rangs de l’armée britannique durant la guerre d’Afghanistan.

Partant de ce constat, l’US Army a aidé Prox Dynamics à ouvrir sa branche USA en 2014 afin d’investir plus facilement le marché américain en s’adaptant à la demande militaire du Pentagone.

Et voilà que le 22 juillet dernier, le deuxième bataillon du 27e régiment d’infanterie testait pour la première cette technologie en situation réelle durant le Pacific Man-Unmanned Initiative (PACMAN-I). L’événement était organisé dans la base d’entraînement de marines de Bellows à Hawaï à l’occasion d’une visite du Secrétaire des Armées Eric Fanning. Au programme, déballage de nouvelles technologies et démonstrations pratiques. Le secrétaire des armées a donc pu assisté aux vols de Phantom-1 de DJI et du PD-100 mais aussi de véhicules autonomes terrestres comme le 710 Warrior.

armee-americaine-test-phantom

« black-hornet-mini-drone-armee-2016-5

Concrètement, le Black Hornet offre une solution d’espionnage discrète et longue-distance. Pas plus grand que la paume d’une main, sa portée de signal est néanmoins d’1,6 km, pour une autonomie de vol de 25 minutes. Il embarque un système de pilote automatique guidé par satellite et permet une retransmission visuelle en temps réel ainsi qu’une prise de photos sur commande. Le tout pour un poids total d’1,3 kg (avec l’écran de contrôle et l’antenne), le drone ne pesant pour sa part que 18 grammes.

Pourquoi avoir opté pour le mode héliporté ? Tout simplement pour permettre à l’engin de stationner en plein vol et d’espionner une même zone pendant un temps plus long. S’il doit se contenter d’une vitesse de vol de 5 m/s (18 km/h), il est présenté comme quasi inaudible et invisible.

black-hornet-mini-drone-armee-2016-2

Selon Eric Fanning, « il y a deux problématiques majeures qui nous empêchent de gérer la menace. D’abord, il y a la nécessité de trouver la bonne technologie, de l’acquérir, de la concevoir et de la fournir, et la seconde consiste à réussir à l’envoyer véritablement sur le terrain, dans les mains de nos soldats« . C’est là tout l’intérêt du Black Hornet. Minuscule et peu coûteux, il est facile à transporter pour n’importe quel soldat, quelques soient ses conditions de combat.

Le but de ce programme d’exercice en conditions pratiques était de récolter les avis et retours des soldats pour améliorer les technologies longuement mûries dans les laboratoires du Centre de Recherche et Développement de l’Armée.

Eric Fanning en visite à Bellows, Hawai

black-hornet-mini-drone-armee-2016-2

black-hornet-mini-drone-armee-2016-1


Laisser un commentaire

  1. valenlion

    trop cool