L’Usine du Futur s’invite à Paris

Après la machine à vapeur, l’électricité et l’automatisation, la robolution est la quatrième révolution industrielle. Afin d’accompagner les entreprises dans un univers de plus en plus numérique, le salon Smart Industries fera se rencontrer professionnels et exposants gravitant autour de la notion d’Industrie du Futur, dans des domaines aussi variés que la fabrication additive, l’automatisation, la robotique, etc. Le salon se déroulera Porte de Versailles à Paris du 15 au 17 septembre 2015.

Selon le Mc Kinsey Global Institute, 12 ruptures technologiques devraient avoir lieu qui modifieront le secteur industriel aussi bien à court qu’à long terme : Internet mobile, l’automatisation des métiers du savoir, le Cloud computing, la robotique de pointe, les véhicules autonomes ou semi-autonomes, le stockage de l’énergie, le génie génétique de nouvelle génération, l’impression 3D, les matériaux avancés, les hydrocarbures non-conventionnels et les énergies renouvelables. Et ces changements impliquent des défis à relever.

Ces changements se retrouveront à tous les niveaux de l’industrie. Lors de la conception et production, l’impression 3D et la fabrication additive permettront de révolutionner complètement le processus. De plus, la flexibilité de la production n’ira que grandissante, puisque le consommateur final ou les partenaires éventuels pourront intervenir lors de la création pour optimiser ou personnaliser les produits. De plus, grâce à la flexibilité grandissante des flux d’informations, une nouvelle façon de communiquer, aussi bien en interne qu’en externe devra être mise au point. Ces systèmes devraient toutefois permettre une gestion plus efficace des ressources et de l’énergie grâce à une meilleure coordination des besoins et des disponibilités de chaque part du système.

L'Usine du Futur pour bientôt

De plus, l’explosion des outils numériques jouera un rôle de premier plan, puisque des technologies comme l’Internet des objets, le Cloud computing ou encore les analyses de Big Data permettront de générer encore plus de données et constitueront la base de l’Industrie du Futur. De plus cette récolte de données permettra, dans des services d’intégration ou de maintenance, de produire des répliques virtuelles des chaînes afin de procéder à des simulations de production ou à des tests. Enfin, cette récolte des données permettra aux opérateurs de se familiariser avec des outils et des procédures complexes, mais permettra également de faciliter les opérations de réparation et de maintenance pour les non-spécialistes.

Pour Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, la « stratégie Industrie du Futur est claire : inciter et aider chaque entreprise à franchir une nouvelle étape concrète dans la modernisation de son outil de production. Robotisation, digitalisation, efficacité énergétique et performance environnementale, nos entreprises doivent toutes prendre cette direction au cours des prochaines années. » Afin de soutenir ces efforts, le gouvernement avait créé fin juillet l’association Alliance Industrie du Futur qui soutient le salon Smart Industries.

Lors du salon, les visiteurs pourront assister à un programme de conférences, à des présentations dynamiques par les fournisseurs sur leurs stratégies d’accompagnement ou encore des rencontres et des partages autour des best practices mises en place. Un concours durant le salon aidera à sensibiliser les jeunes aux métiers de l’industrie. Pour cela, divers établissements scolaires post-bac pourront présenter une équipe qui devra, en deux jours, réunir des informations sur un thème puis faire une présentation devant un jury.


Laisser un commentaire