Volvo et Uber signent pour 24 000 voitures autonomes

SUV Volvo XC90 autonome pour Uber

Le constructeur automobile suédois Volvo Cars vient d’annoncer la signature d’un accord de principe pour fournir « des dizaines de milliers » de voitures autonomes à Uber. Cette annonce s’inscrit dans le prolongement d’un accord non exclusif signé en 2016 par Uber et Volvo, qui devrait livrer sa première voiture autonome en 2021.

Volvo, propriété du groupe chinois Geely (Zhejiang Geely Holding Group), qui n’a pas encore présenté officiellement son système autonome pour la conduite, a déclaré qu’elle fournira à l’entreprise Uber « des véhicules compatibles avec une technologie d’autonomie entre 2019 et 2021« . Uber n’aura plus qu’à greffer son propre système logiciel pour initier ses véhicules à la conduite sans pilote.

Contacté par l’AFP, un porte-parole de Volvo n’a pas souhaité préciser le nombre exact de véhicules que comprend cet accord historique, mais une source proche du dossier affirme qu’il pourrait s’agir de 24 000. Il s’agirait du modèle SUV haut de gamme XC90 sur lequel les ingénieurs Volvo collaborent étroitement avec les équipes d’Uber depuis 2016, après la signature d’un accord pour des tests sur route à Pittsburgh (Pennsylvanie) , où siège le leader mondial de VTC. Sur la base du prix d’un tel véhicule, cet accord pourrait valoir plus d’1 milliard de dollars, soit environ 850 millions d’euros.

« Cela nous ouvre un nouveau segment. Nous sommes prêts à fournir [des véhicules] à un plus grand nombre d’entreprises de taxis« , a déclaré Hakan Samuelsson, PDG de Volvo Cars, au journal financier suédois Dagens Industri.

Le communiqué publié sur le site de Volvo précise que les véhicules de base « intègrent toutes les technologies de sécurité, de redondance et de conduite autonome nécessaires à Uber pour pouvoir intégrer sa propre technologie d’auto-conduite« . Jeff Miller, le responsable des accords avec les constructeurs automobiles chez Uber, a déclaré : « Nous sommes ravis de développer notre partenariat avec Volvo« . Ce nouvel accord « nous met sur la voie d’une production à grande échelle de véhicules autonomes« .

24 000 Volvo XC90 pour Uber

Uber face aux difficultés

Cette annonce arrive au moment où la société de VTC accumule plusieurs revers, les uns à la suite des autres.

Mardi 21 novembre, elle a reconnu qu’en octobre 2016, ses bases de données ont été attaquées et que les données de 57 millions d’utilisateurs ont été piratées.

La société connaît également des difficultés financières, avec des pertes dépassant 1,2 milliards de dollars au premier semestre 2016. Depuis sa création en 2009, Uber n’a cessé de perdre de l’argent. Malgré des pertes colossales, les investisseurs restent confiants et la société est aujourd’hui valorisée à près de 70 milliards de dollars. D’ailleurs, le groupe Sofbtank, qui se lance à corps perdu dans la participation et l’acquisition d’entreprises liées à l’intelligence artificielle et la robotique (Aldebaran, iRobot, Boston Dynamics, nVidia…), vient d’annoncer qu’il allait investir 10 milliards de dollars dans l’entreprise.

Depuis le 30 septembre, l’autorité des transports londoniens, la Transport for London (TfL), a refusé de renouveler sa licence d’exploitation à Uber dans la capitale britannique, mettant en cause « la sûreté et la sécurité publique ».

Aux Etats-Unis, l’application VTC a dû également interrompre son programme de test pour les voitures autonomes en attendant les conclusions de l’enquête suite à un accident impliquant un de ses véhicules autonomes en Arizona en mars dernier.

Enfin, Otto – filiale d’Uber – est poursuivie par Waymo – filiale d’Alphabet, la maison mère de Google – qui l’accuse d’avoir dérobé des informations sur sa technologie de capteurs LIDAR.


Laisser un commentaire